4 juin 2021

Communiqué

 

Dialoguer, une priorité

Une priorité tant ce qui est nommé “l'affaire Yoann Bourgeois“ prend une mauvaise tournure et enflamme le monde du cirque de création.
Une nouvelle tribune, après la diffusion d'une vidéo début février, publiée sous la forme d'un appel à signature, prolonge le questionnement initial : l'interrogation se fait aiguë quant à la définition même d'une œuvre, la somme des influences qui peuvent la constituer, la part de citation, la légitimité ou non de son créateur, sa créatrice ? Ce n'est pas le seul sujet de cet appel qui recueille de très nombreuses signatures d'artistes. La question des rapports de pouvoir à l’œuvre dans les relations entre artistes, entre artistes et structures culturelles est également posée. Et l’on sait qu’en situation de crise, ces rapports inévitablement se tendent et agissent comme des révélateurs.
Les institutions, les actrices et les acteurs de la culture et plus précisément Territoires de Cirque sont directement interpellés.

Alors, engageons le dialogue qui pour nous est la priorité. Nous proposons une rencontre à laquelle nous invitons artistes, directions de lieux, et plus largement les professionnels du spectacle, pour une mise à plat des sujets qui fracturent afin de nous projeter, si nos analyses convergent, vers des rendez-vous de travail à mettre en œuvre dès cet automne, et auxquels nous associerons la Sacd et Artcena.
La date de cette première rencontre : le jeudi 24 juin, à 14h, dans le cadre du festival Le Mans fait son Cirque.

Il est également essentiel pour une bonne compréhension des enjeux de rappeler que Territoires de Cirque rassemble des structures labellisées – les treize pôles nationaux cirque en font partie – mais pas seulement, ce qui fait sa force et son originalité. La pluralité des expériences et des points de vue féconde les débats et apporte les nuances indispensables à l’appréhension comme au bon fonctionnement de cet écosystème unique en son genre qu'est le spectacle vivant dans notre pays.
Nul manichéisme, ni complot. Ce serait pur antagonisme par rapport à ce qui nous mobilise à Territoires de Cirque où nous recherchons avant tout, au-delà de notre diversité, à co-construire d’égal à égal, dans l’échange et la confiance.

L'artiste est libre dans sa création, c'est un principe incontestable, tout comme nous assumons et nos libertés et nos responsabilités dans nos choix artistiques car cela est inhérent au projet de chaque établissement culturel.
Pour autant, la liberté ne dispense ni du respect ni de l'équité. Emprunt ou motif ? Nous ne trancherons pas ici. Ce questionnement appartient en propre aux artistes qui doivent pouvoir créer en toute sérénité. La propriété intellectuelle est aussi légitime dans le cirque que dans les arts voisins. Son histoire, certes plus récente, n'est pas un frein à l'introspection, à la définition de courants, de sensibilités qui figureront le répertoire circassien de demain, matrice d'une histoire commune et évolutive.

Aujourd'hui, il importe de dépassionner le débat, sans céder à une quelconque naïveté. Le silence n'a que trop duré en effet. Nous croyons avant tout à l’échange et au débat de fond.
C'est pourquoi nous vous donnons rendez-vous le 24 juin.

Territoires de Cirque

*La rencontre se tiendra sous chapiteau, sur la promenade Newton, au Mans.
Inscription auprès de contact@territoiresdeciqrue.com

Territoires de Cirque — c/o ONDA 13, bis rue Henry Monnier — 75 009 PARIS — Secrétaire générale : Delphine Poueymidanet